Plan de site
Album photos
liberation-de-st-remy-au-bois
Calendrier
septembre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Discours 14 juillet 2012

Discours 14 juillet 2012

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Nous voici, une nouvelle fois, réunis devant notre monument aux morts et au pied du drapeau Français pour réaffirmer notre fidélité à la République Française.

 Je vous propose tout d’abord de rendre hommage à nos soldats, morts en Afghanistan, ce sont 83 de nos compatriotes qui sont tombés pour tenter d’apporter la Liberté à ce peuple. Souvenons-nous que, dans ce conflit, près de 3000 hommes et femmes de beaucoup de nations ont perdu la vie en défendant les valeurs de la démocratie et aussi en protégeant notre liberté.

 Ces événements tragiques nous rappellent qu’il n’y a jamais eu de Liberté sans sacrifice, ni en 1789, ni aujourd’hui.

Les Etats-Unis d’Amérique furent les premiers à défendre l’idée que la Liberté était indispensable, c’était en 1776. Treize années plus tard, le peuple Français reprit cette aspiration à son compte en y ajoutant deux éléments jugés indispensables : l’Egalité et la Fraternité.

Jean Jaurès dira, un siècle plus tard que si la Liberté n’est pas tempérée par l’Egalité cela ressemble à la liberté laissée à un renard dans un poulailler. En effet, la liberté sans l’égalité c’est en effet à nouveau le risque de voir le plus fort asservir le plus faible.

 L’Egalité, quant à elle, doit être associée à la Liberté sous peine de prendre très vite l’aspect d’une prison matérielle et intellectuelle. La liberté de penser, croire, agir différemment des autres est une richesse immense, dans la mesure où elle s’exerce dans le respect des droits de chacun.

La Fraternité, inspiration judéo-chrétienne, ne peut réellement exister que si les deux aspirations précédentes : la Liberté et l’Egalité lui sont associées.

C’est donc dans ce subtil équilibre, né de la volonté des révolutionnaires  de 1789 que ces trois valeurs Liberté, Egalité, Fraternité  sont devenues la base de notre organisation sociale.

Nous devons rester vigilants, car bien souvent, les égoïsmes personnels, mettent à mal ces valeurs fondamentales de notre République.

Nous devons, à chaque instant, agir en fidélité à ces principes, respectons les autres, refusons les exclusions, retrouvons le sens de l’intérêt général. Nous défendrons ainsi une certaine idée de la vie, de la politique, celle que souhaitaient faire vivre le peuple en guenilles et en armes  qui brisa les armées des puissants qui les assujettissaient.

Célébrer la fête nationale, c’est se souvenir des sacrifices et des drames de notre histoire, c’est transmettre celle-ci à nos enfants afin que ne d’efface jamais de notre mémoire collective les sacrifices d’hier et d’aujourd’hui des millions de femmes et d’hommes qui ont fait le sacrifice de leur vie pour défendre les valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité.

Je vous propose maintenant de rappeler les noms des Saintrémigiens morts  en défendant cet idéal, de respecter une minute de silence en leur mémoire  mais aussi en pensant à tous ceux qui luttent pour défendre ou acquérir une liberté, celle là même dont nous bénéficions.

Traduction
Météo local
Service Public

Visiteurs en ligne